COMME UNE MAISON A LA RETRAITE… LA SOMME DES HISTOIRES INDIVIDUELLES PLUTÔT QUE LA SOMME DES PATHOLOGIES

POUR LA PROMOTION D’UNE MAISON DE VIE PLUTÔT QUE D’UN CENTRE DE SOIN

Comment pouvons nous concevoir de manière humaniste et non plus médicale la vie en maison de retraite (je réfute personnellement le terme EHPAD qui met bien trop négativement l’accent sur la « dépendance » médicale .. ce qui n’a aucun sens à mon avis car qui n’est pas dépendant de quelqu’un ou de ses compétences pour sa vie d’aujourd’hui ?) ?

Vers quoi pouvons nous tendre comme système de pensée et de fonctionnement de ces lieux de la fin de la vie et donc de la vie ? A l’heure où les politiques actuelles injectes des euros dans un système à bout de souffle (tel le tonneau percé des Danaïdes), n’y a t’il pas là une raison suffisante de se demander ce qui dysfonctionne ? A l’heure où la seule chose qui prime pour les autorités est la « labellisation » notamment du totem de l’humanitude et de sa vison de la Bien-traitance ?

Je préfère penser à l’empathie et à la bienveillance envers les plus vielles personnes. Je préfère considérer que je participe à veiller sur elles et eux (comme eux ont pu et le font encore comme des grands pères et grands mères aimantes), plutôt que à les traiter (« traiter » = traitement = médicament après tout).

L’EHPAD renvoie au fait que la vieillesse est une maladie ? Le bien-vieillir (injonction de la silver économie) est le remède.

Pouvons nous penser les personnes comme ayant seulement vieillies à leur manière ? Plutôt que de rajouter une injonction issue de l’agisme / jeunisme supplémentaire : après demander de « rester jeune le plus longtemps possible » après « vieillir jeune le plus longtemps possible » il faut ou on doit « vieillir le mieux possible » !

Cela n’est qu’une facette supplémentaire du pouvoir des apparences de la société du capital et ultra-liberal. Car malgré son libéralisme (autorisé pour les déplacements et fluctuations de la finance), elle autorise peu de liberté individuelle notamment celle de choisir comment vieillir et comment mourir ! (La loi Leonetti est un magnifique début qui peut devenir une magnifique fin de liberté et de choix si elle pouvait oser s’attarder sur la question du « suicide assisté » où en tout cas du choix).

La question de l’espérance de vie en bonne santé et de la qualité de vie subjective pourraient être plus souvent utilisée plutôt que de penser que tous les retraités veulent finirent leurs jours sur un bateau de croisière ou à gâter leurs petits enfants de manières compulsives. Car c’est de cela dont il s’agit pour la rénovation des EHPAD. Quelle qualité de vie y est ressentie par les personnes âgées qui y habitent et quelle espérance de vie en bonne santé pourrions nous offrir aux personnes à leur domicile ?

Car la loi a beau considéré l’EHPAD comme « le domicile » de la personne.. c’est une hypocrisie. Les vieux ne sentent pas chez eux .. tout au plus « comme » chez eux ou « presque » chez eux. Car chez soi on peut choisir ce que l’on mange et avec qui on peut vivre. En EHPAD les normes hygiénistes dominent et gâchent les plaisirs simples de la vie.

La nourriture et l’affection sont le sens de la vie (cela se résume bien dans le très bel ouvrage de Boris CYRULINK). Cela a plus de sens et de réalité existentielle (comme le résumait Sartre), que la « pyramide » de Maslow. Déjà là un besoin de hiérarchie et de domination se constituait..

Pouvons penser un lieu de vie pour les vieux et vieilles personnes fondés sur leurs envies (et pas que leurs besoins car encore une fois la vie ne se résume pas à une série de satisfaction de nos besoins) ?

Un lieu qui suit leur rythme et en même temps un lieu rempli de nouveautés, de dynamisme, de créativité et pas seulement de normes et protocoles ? Un espace d’écologie, de partage avec la nature, avec la Terre, avec les personnes entre elles. Un lieu d’échange qui met en avant la sagesse de vie des plus vieux que nous (qui ont oui vécu déjà une vie tout entière alors que nous de notre côté nous en sommes au début ou à la moitié). Un lieu qui respecte les citoyens plus vieux et qui offrent des temps de réflexion sur le monde et les actualités politiques et culturelles ? Un espace de culture ? Une bibliothèque de savoirs ?

Les vieux ont la sagesse de l’expérience de la vie elle même. Ce n’est pas une sagesse théorique mais une sagesse existentialiste ! Ne pouvons nous pas respecter cela ? Respecter une personne en face de nous (même en situation de handicap multiples cela ne change rien), qui a pu vivre une vie entière !

Respectons la robustesse de la personne en face de nous ! Lui reconnaître toute son humanité à elle qui a tant vécue, aimée, pleurer, endurée, acceptée.

Ne pouvons nous pas nous incliner devant la résilience et nous mettre à leur hauteur ? Plutôt que d’essayer de les remettre à la nôtre avec des machines comme les « lèves-malades » ..?

Il existe tant d’initiatives citoyennes et publiques ! Des lieux qui ont adopté le mode de vie et non la prise en charge de l’autre. Plus besoin pour eux de thérapies ou de thérapeutiques pour soigner « de » la vieillesse… Il recherche avant tout de manière participative la qualité de vie ressentie des plus vieux et plus vieilles personnes. Cela passe alors par leurs écoutes attentives et empathiques plus que par le respect à foison de normes, protocoles, recommandations, labels, certificats …

Cela ne passe par « l’humanitude », labellisation marketing de l’humanité ! Quel sens à recréer un terme spécifique pour la gérontologie ? Les vieux ne sont plus assez de bons humains au point qu’il il y a besoin d’un concept spécial pour eux ?

Ce qui en a par contre…c’est l’empathie, l’affection (même si on leur a « appris à ne pas trop s’attacher »), l’écoute, la délicatesse, le regard, la rencontre et la bienveillance humaine naturelle et spontanée que je vois chez tous les soignants (avec qui je travaille) envers les personnes plus vieilles qu’elles accompagnent.

 Elles ne les « prennent pas en charge » (pas toutes, celles qui l’ont compris..) … elles sont a côtes d’elles.. Avançant pas après pas … lentement .. a leurs côtés.. elles cheminent ensemble vers la fin de leur vie..

Oui ! Car cette vie a une fin (n’en déplaisent …).. et elle peut être la plus belle des fins … à notre image .. si tant soit peu que l’on nous l’accorde ..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :